fbpx

Pourquoi lancer un site qui propose aux artistes et créateurs un moyen de diversifier leurs revenus, alors que nous vivons une crise sanitaire, et sans doute économique ? 

Il y a d'autres urgences. Des gens se battent contre la maladie et la mort, d'autres bravent les risques pour assurer les approvisionnements, les fonctions de base.

La crise économique qui s'annonce risque de mettre à mal l'édifice tout entier, et peut-être que la culture, le divertissement, sera le cadet des soucis de tout un chacun pendant un moment encore.

Je ne le crois pas.

Par contre, je crois qu'il est grandement temps, pour tous les acteurs de la culture, de vraiment prendre le tournant digital. Pas juste en publiant toujours sur les réseaux sociaux. Mais en s'appuyant sur l'authenticité et le pouvoir des communautés.

Le marketing est bon pour tous

Je n'ai pas beaucoup de capacités, mais il y a quelque-chose que je connais, c'est le marketing.

Je n'ai jamais cru au concept de bullshit job popularisé par David Graeber. J'y vois une manière, un peu détournée, sans se l'avouer, de disqualifier des gens par paquets entiers, juste par leur métier.

Je pense pour ma part qu'il n'y a pas de métier inutile. Il n'y  a que des manières nuisibles de l'exercer.

Issu du milieu culturel, j'ai souvent eu à justifier mon métier de marketeur. Il souffre, plus que dans d'autres secteurs d'activité, de préjugés. Alors qu'il est le moyen de faire correspondre les valeurs d'une personne ou d'une entreprise avec son public. Je me suis surtout rendu compte à quel point le marketing était indispensable à de nombreux artistes, créateurs, associations. Il était même, parfois, une question de survie financière.

L'indépendance et la communauté

Cette crise économique n'est pas la première que nous connaissons. La dernière a un peu plus de dix ans. Celle d'avant, même pas 20 ans. Dans le même temps, nous avons connu d'autres épidémies ces 20 dernières années. A peine moins virulentes, ou moins étendues: le SRAS en 2003, le MERS en 2012. Sans parler de celles qui ont décimé la faune comme la grippe aviaire. Même le lockdown n'est pas une première. Des attaques terroristes ont transformé le pays.

Tout ceci ne sont plus des anomalies. Cela fait partie de notre réalité. C'est une autre conséquence des changements de notre système écologique. C'est irréversible : notre monde change. Vite. Il est temps d'en prendre la mesure et d'agir en conséquence.

La solution, entend-on partout, c'est la résilience. 

Très bien. Mais cela veut dire quoi précisément ? La résilience, c'est la capacité pour un système, quel qu'il soit, de continuer à fonctionner après avoir subi une perturbation. 

Est résilient celui qui transforme son fonctionnement pour 
a) surmonter un choc
b) se prémunir de chocs futurs

Evidemment, au plus un système est complexe, au plus faible est sa résilience. Il faut garder une capacité d'agir. Vite. Au plus petit niveau possible. Et donc au niveau individuel.

Les 3 règles de la résilience

La règle n°1 c'est de retrouver son indépendance et de l'assumer. Aujourd'hui, tout le système sur lequel le milieu créatif s'est appuyé -théâtre, salles de cinéma, festivals, ...- a disparu. Du jour au lendemain. Bien sûr, il reviendra. Mais il est temps de ne plus s'appuyer sur ses acquis.

 La règle n°2, c'est de multiplier ses ressources. Ne plus accepter la situation dans laquelle nous nous trouvons tous aujourd'hui. Bloqués, physiquement, psychologiquement, financièrement. Retrouver sa capacité d'agir, c'est se donner les moyens de fuir une situation bloquée pour prendre un autre chemin.

La règle n°3, c'est de refonder des communautés. Créer des réseaux interconnectés. C'est l'une des choses que nous devrions tous avoir appris de la révolution internet. Et pourtant, nous restons dépendants de structures: états, entreprises, réseaux sociaux, que nous ne maîtrisons pas, et dont nous ne pouvons pas nous défaire.

Multiplier les points de connexion - se créer une communauté - ce n'est donc pas être plus dépendant, c'est le contraire.

Plus nous sommes interconnectés, plus nous sommes indépendants. Et plus nous sommes indépendants, plus nous pouvons tirer de la valeur de nos connexions. C'est un cercle vertueux. Un volant d'inertie. Chaque apport renforce la structure de l'ensemble. La seule chose à faire est d'y entrer, et à se laisser emporter.

1000 vrais fans, concrètement, ce sera quoi ?

Voilà pour la théorie derrière le projet de 1000 Vrais Fans. Voilà pourquoi ce projet est selon moi plus important aujourd'hui que jamais. Nous sommes tous, autant que nous sommes, à un carrefour. A nous interroger sur le pourquoi et le comment de nos activités.

Maintenant que j'ai expliqué le pourquoi, il est temps de s'atteler au comment.

Le but de tout ceci c'est : comment gagner en indépendance ? Je ne peux bien sûr que vous donner les outils pour y arriver, et des pistes pour atteindre votre objectif, selon vos propres besoins.

Toute la méthode que je veux vous expliquer, les ressources pour la mettre en place, seront disponibles gratuitement. Je mettrai à disposition régulièrement des articles qui détailleront la marche à suivre, et les astuces pour améliorer votre propre système.

 Il y aura également, plus tard, des cours en ligne, payant ceux-là. Il seront donné par ou en collaboration avec des spécialistes de chaque discipline traitée. Il feront office de raccourci, de moyen d'arriver à destination plus rapidement, avec des exemples et une marche à suivre concrète. Ce sera à vous de choisir votre chemin.

Mais la destination est la même: votre indépendance.